Centrafrique : Chronologie de « l’affaire Dig Oil »,, la mafia au coeur du pouvoir de Bangui.

De...Alain Nzilo »
 0 stars
Inscription to vote!

Centrafrique : Chronologie de « l’affaire Dig Oil »,, la mafia au coeur du pouvoir de Bangui.

 

 

 

L’ancien Premier ministre André Nzapayéké. Copyright2014CNC.

 

Bangui, le 7 novembre 2017.

Par : Thierry SIMBI, CNC.

 

Le mois de novembre 2011 : signature d’un permis de recherche et d’exploitation avec la société sud-africaine DIG Oil pour l’attribution du bloc C.

L’Etat Centrafricain signe en novembre 2011 dans le plus grand secret un contrat avec la société sud-africaine DIG Oil pour l’attribution du bloc C sur un territoire de RCA frontalier avec le Congo Brazzaville et le Cameroun. La convention est à retrouver en suivant le lien suivant :

https://wikileaks.org/car-mining/html/DIG-CAR-Contract/DIG-CAR-Contract.pdf

 

Décembre 2012 : rencontre avec le DG des Mines

Le 12 décembre 2012, une rencontre a eu lieu entre Jean Sylvain Feigoudozoui, Directeur Général des Mines, Madame Andrea Brown accompagnée de Jean Norbert Mwamba, représentants de la société DIG OIL et Fabien Singaye, Conseiller spécial à la Présidence de la République. Andrea BROWN exprime son vœu que sa société est engagée à céder une part de ses actions à la société South Atlantic Petroleum ou un des affiliées qui doit être convenu dans le Contrat de Partage de Production. Profitant de cette occasion, il a fait signifier à la société que le Département en charge des mines est en train de préparer une mise en demeure à l’égard de DIG OIL en ce qui concerne les clauses contractuelles sur le bonus de signature pour le versement de la 2e tranche qui est arrivé à expiration depuis le mois de novembre 2012.

 

Septembre 2013 : Cession des actions de DigOil à SAPETRO.

DigOil s’allie avec le groupe nigérian South Atlantic Petroleum (Sapetro), qui détient désormais majoritairement 45% des actifs de Carnot, l’État Centrafricain gardant 20% et DigOil 35%. DigOil a ainsi cédé 45% d’actifs du bloc C Carnot alors que la Séléka était aux affaires via Herbert Gontran Djono-Ahaba, Ministre d’État chargé des mines, du pétrole, de l’énergie et des hydrauliques. Active au Nigeria, au Bénin, en France, via l’île de Juan de Nova dans le canal du Mozambique et à Madagascar Sapetro est contrôlée par le général Theophilus Danjuma qui fut Chef d’Etat-Major de l’Armée Nigériane, de juillet 1975 à octobre 1979. Danjuma a également été ministre de la Défense sous Olusegun Obasanjo, avec lequel il a des relations privilégiées. Danjuma a été président d’Agip Africa jusqu’en 1995 et s’est directement impliqué dans la négociation avec DigOil. Les discussions se sont déroulées au début de l’année 2013 à Johannesburg avec Andrea Brown, la directrice générale du groupe sud-africain. Son homologue de Sapetro, Martin Trachsel, est un ancien vice-président de Shell qui a exercé des fonctions à responsabilité au Nigeria. Seul une airmag et une gravimétrie ont pour le moment été réalisées par Dig Oil en 2012 sur son bloc C. Depuis la chute du chef de l’Etat centrafricain Francois Bozizé le 23 mars et l’arrivée de la rébellion de la Séléka dirigée par le président Michel Djotodia, désormais au pouvoir, l’absence de sécurité dans la plus grande partie du pays a empêché toute velléité d’exploration. Dig Oil avait envisagé de mener une campagne sismique 2D début 2013 (AEI nº691) mais elle l’a finalement annulée.

 

Décembre 2014 : Catherine Samba-Panza reçoit en audience au palais de la renaissance la direction de la société Dig-Oil.

DigOil par la voix de Jean Norbert Mwamba lors d’une audience au palais de la renaissance le 16 Décembre 2014 confirme à Catherine Samba-Panza, Chef de l’Etat de la transition que la société reprendra ses travaux d’exploration dès Janvier 2015.

 

Décembre 2015 : Concertations à Lagos entre Sapetro / Dig Oil / Etat Centrafricain sur la relance de la recherche et l’exploitation du bloc C.

Sapetro réunit à Lagos mi-décembre ses partenaires Dig Oil et les représentants de l’Etat centrafricain. Ces derniers sont venus en nombre pour discuter des travaux à réaliser en 2016. La primature a dépêché Maxime Balalou, conseiller chargé de la sécurisation des recettes publiques. Celui-ci était accompagné par deux représentants du ministère des mines, Charles Koyatro et le directeur du cabinet, Lucien Pamou, ainsi que par Charles Kenguembat, conseiller spécial de la présidente Catherine Samba-Panza. Du fait de la situation politique, aucune sismique n’a pu être menée sur ce permis.

 

Avril 2017 : En visite de travail à Pretoria, Touadéra reçoit en audience Andrea Brown, DG de DigOil.

La femme d’affaires sud-africaine fait part de son engagement le 6 Avril 2017 à poursuivre les travaux de recherches pétrolières du bloc C situées dans le Sud-Ouest de la RCA. Notons que l’entreprise DigOil a acquis un permis C en 2011, mais La grande crise qui secoue la RCA ces quatre dernières années n’a pas permis à ce groupe sud-africain de faire recherches. Andrea Brown a confirmé au cours de cette audience qu’elle effectuera bientôt un voyage en RCA.

 

Août 2017 : Touadéra reçoit en audience l’homme d’affaires Turc M. Gülnur Bekir Vézirogu, actionnaire du Groupe Dig Oil.

Actionnaire de la Société Sud-Africaine Dig Oil, le PDG de LBVG (Pétrolum-Air Sea), l’homme d’affaires turc a évoqué avec Touadéra le 9 Août 2017 d’une part pour le lancement des travaux d’exploration du pétrole de Carnot dans la préfecture de la Mambéré Kadéï et d’autre part s’enquérir sur les conditions de la création d’une société d’aviation civile. Selon l’homme d’affaires Dig Oil est propriétaire d’une compagnie d’aviation en Turquie.  D’après Berik Veziroglu ce projet d’exploration devrait être rapide en promettant  de lancer l’étude sismique en octobre 2017 et démarrer le forage en collaboration avec les sud-africains en juin 2018.

 

Octobre 2017 : rencontre à l’ambassade de RCA à Pretoria entre l’ambassadeur André Nzapayéké, Andrea Brown, DG de Dig-Oil et une délégation de parlementaires centrafricains.

Les députés Simplice Zingas, Bertin Béa, Claudia Tarazongo Zakaria et Yacouba en déplacement en Afrique du Sud en leur qualité de parlementaires panafricains sont reçus le 6 Octobre à l’ambassade de RCA où il rencontre Andrea Brown qui leur fait un exposé à l’aide d’une carte minière ce la RCA présentant les zones explorées par la société DigOil dans la Mambéré-Kadéï, Sangha Mbaéré et la Lobaye. Le 1er  Vice-président félicite les investisseurs qui veulent venir en République Centrafricaine et en exergue l’article 60 de la Constitution du 30 mars 2016 qui demande au Gouvernement d’obtenir préalablement l’autorisation de l’Assemblée Nationale avant de délivrer des permis d’exploitation des ressources naturelles. Au cours de cette rencontre, Andrea Brown invite à diner la délégation dans un restaurant à Johannesburg le 10 octobre 2017, avec la participation aussi du Ministre Maxime Kazagui qui se trouvait en mission en Afrique du Sud. Ce dîner servait à DigOil pour relancer ses activités en Centrafrique et avait pour cela besoin de l’appui parlementaire et gouvernemental de Maxime Kazagui, il n’aura finalement pas lieu et sera à l’origine d’une brouille entre les parlementaires et l’ambassadeur de RCA en Afrique du Sud ;

 

Protagonistes du dossier Dig Oil :

  •       Eli Fenengaï

  •       Jean-Sylvain Feigoudozoui

  •       Léopold Mboli-Fatrane

  •       Sylvain Ndoutingaï

  •       Faustin Touadéra

  •       Didier Pereira

  •       François Bozizé

  •       Gontrand Djono Ahaba

  •       Michel Djotodia

  •       Lucien Pamou

  •       Joseph Agbo

  •       Maxime Balalou

  •       Charles Kenguembat

  •       André Nzapayéké

  •       Catherine Samba Panza

  •       Maxime Kazagui

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.