Centrafrique : la population civile a besoin d’une protection globale.

De...Alain Nzilo »
 0 stars
Inscription to vote!

Centrafrique : la population civile a besoin d’une protection globale.

 

Le village de Gambo en Centrafrique

 

Bangui, le 15 novembre 2017.

Par : Félix Ndoumba, CNC.

 

la République centrafricaine est actuellement à un pas d’une flambée généralisée du conflit intercommunautaire. » «Si nous voulons éviter que le pays tout entier ne revienne à la guerre civile, il est urgent de mieux protéger la population civile contre les attaques», a déclaré le directeur régional du Conseil norvégien des réfugiés, Marianne Irion.

Demain, le 15 novembre, le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunit pour discuter d’un renouvellement du mandat de la mission de maintien de la paix des Nations Unies en République centrafricaine. Le Secrétaire général des Nations Unies a recommandé la poursuite du mandat et l’augmentation du plafond des contingents par un effectif supplémentaire de 900 militaires.

«la mission de maintien de la paix des Nations Unies devrait être renforcée pour permettre aux soldats de la paix de mieux protéger les civils contre une flambée d’attaques brutales et d’abus», a déclaré Irion. «les dirigeants politiques, les groupes armés et la communauté internationale doivent tous faire leur part pour mettre fin au cycle négatif de la violence qui paralyse actuellement plusieurs parties du pays», a-t-elle ajouté.

Une recrudescence de la violence et des attaques brutales contre des civils dans le Nord et l’est du pays au cours de la dernière année a contraint un nombre croissant de personnes à fuir leurs foyers. Actuellement, un record de 1,1 million personnes sont déplacées par le conflit.

Jusqu’ici cette année, la capitale Bangui a été peu affectée par l’augmentation du niveau de violence. Mais ce week-end, un concert a été attaqué avec une grenade, tuant au moins quatre personnes et blessant une vingtaine d’autres. Plusieurs personnes ont été tuées dans des attaques de représailles qui ont suivi.

«l’attentat de Bangui est un autre rappel de la fragilité de la situation dans le pays, et de l’urgence d’éviter la propagation de la violence», a déclaré Irion.

Elle a également demandé que les organisations humanitaires aient un accès sûr à l’aide aux personnes touchées par la crise. Certains des personnes nouvellement déplacées se cachent dans la brousse, et l’insécurité a laissé beaucoup sans aucun soutien humanitaire pour couvrir leurs besoins fondamentaux.

Zara Mamat s’est enfuie Batangafo il y a quelques mois, après que son mari ait été tué dans le conflit: « cinq de mes enfants sont encore à Batangafo. » J’ai peur de ce qui peut leur arriver. Tout le monde fuit Batangafo maintenant. «tout ce que je veux, c’est la paix et savoir que mes enfants sont en sécurité», a déclaré Mamat au Conseil norvégien des réfugiés.

 

Faits:

  • 600 000 personnes sont déplacées au sein de la République centrafricaine et 520 000 personnes vivent en tant que réfugiés dans les pays voisins.
  • Plus de 2,4 millions personnes ont besoin d’aide humanitaire, près de la moitié de la population du pays.
  • La République centrafricaine se classe au numéro 188 sur 188 pays à l’indice de développement humain de l’ONU.
  • Le pays est également le sommet de la liste des crises de déplacement négligées du CNRC
Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.