Centrafrique : affrontement entre le MNLRC et la RJ, déjà plus de 30 000 déplacés enrigistrés à Paoua.

Publié le8 janvier 2018 » 18314» De...Alain Nzilo »

Centrafrique : affrontement MNLRC et RJ, déjà plus de 30 000 déplacés enrigistrés à Paoua.

 

 

Illustration de la situation chaotique de Paoua. Photo publication Facebook

 

 

Bangui, le 9 janvier 2018.

Par : CNC avec Relief Web.

 

Ceux qui sont forcés de fuir parlent de villages incendiés, d’extorsion et d’attaques aveugles.

Des membres de la Révolution et de la Justice (RJ) et des combattants du Mouvement pour la libération de la République centrafricaine (MNLC) se sont livrés à de violents affrontements dans la région de Paoua, près de la frontière tchadienne , depuis le 27 décembre 2017. 30 000 personnes ont fui les combats pour se réfugier dans la ville de Paoua. La situation reste extrêmement tendue.

Tous les centres de santé périphériques sont fermés et très peu de blessés ont atteint l’hôpital de Paoua.

L’équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) à l’hôpital a soigné 13 victimes des combats et des attaques.

«C’est très peu, compte tenu du nombre de personnes déplacées qui sont arrivées à Paoua et de l’extrême violence qu’elles signalent à nos équipes», explique Gwenola François, chef de mission MSF.

« Beaucoup racontent que des hommes à cheval tiraient sur tout ce qui bouge, sur des morts et des blessés laissés dans la brousse. Nous sommes très préoccupés par la situation là-bas.  »

Léonard Gangbe, un agriculteur de 33 ans, a été l’un des blessés qui sont arrivés à l’hôpital de Paoua. Lorsque les combats ont éclaté, lui et plusieurs voisins ont fui leur village pour se réfugier dans une maison dans la forêt. Il a reçu une balle dans la joue gauche alors qu’il essayait d’empêcher les hommes armés de voler le bétail qu’il avait pris avec lui. La balle s’est déchirée par le nez et la lèvre supérieure.

A cause des combats, nos équipes ont dû suspendre leur travail dans les sept centres de santé des districts périphériques de Paoua où ils fournissent une assistance. Trois de ces centres auraient été pillés.

Une région rendue vulnérable par la violence persistante

La région de Paoua a été relativement épargnée par les combats et l’escalade de la violence au cours de l’année écoulée. Pourtant, même dans des régions relativement sûres du pays, les gens sont soumis à une violence omniprésente et soutenue.

La violence n’est pas seulement caractérisée par les combats entre groupes armés, les attaques ciblées contre la population et le nombre de personnes qui ont été tuées ou blessées; elle est favorisée par l’incapacité de l’autorité de l’État à assurer la sécurité dans une grande partie du pays et la prolifération d’hommes armés qui vivent du dos des gens. Ces hommes utilisent n’importe quelle excuse pour imposer une taxe – être sur une route particulière, posséder du bétail, ou même vivre dans sa propre maison.

L’histoire de Josianne

Josianne Wankian a 37 ans et mère de neuf enfants. Son histoire est un exemple.

Josianne, qui vit actuellement à Paoua, est originaire de Betokomia, un village situé à quelques kilomètres de là. A cinq heures du matin le 28 décembre 2017, elle a entendu des coups de feu près de chez elle. Son mari et son fils de 13 ans se sont enfuis parce qu’on disait que, bien que les femmes ne seraient pas blessées, les hommes seraient immédiatement tués.

Elle était seule avec ses enfants quand des hommes armés exigeaient de la nourriture et de l’argent. Josianne a emprunté 12 000 francs CFA (18 euros) à un marchand de chèvres pour qu’elle et ses enfants puissent chercher refuge auprès de sa grande soeur qui habite à Paoua.

Ce n’était pas la première fois que des hommes armés demandaient de l’argent à Josianne et à sa famille. En août 2017, ils ont même incendié sa maison.

«Mon mari est fermier, nous avons donc pu cultiver davantage et vendre nos produits pour augmenter nos revenus», explique Josianne.

« Quand les hommes armés voient une maison décente, ils demandent de la nourriture, du bétail ou de l’argent. Ils nous ont ordonné de payer une taxe de 50 000 francs (76 euros) pour nos quatre bovins et 120 000 francs (183 euros) pour continuer à vivre dans notre maison. Nous n’avons pas ce genre d’argent.  »

Josianne leur a donné 25 000 francs (38 euros), ce qui était tout ce qu’elle avait.

« Comme la maison n’avait pas encore de toit, ils ont dit qu’ils reviendraient quand ce sera fini », poursuit-elle.

« Mais cela ne les a pas empêchés de voler nos affaires et d’incendier la maison. Après cela, mes huit enfants et moi avons passé plusieurs mois à vivre dans les champs. Nous venions juste de commencer à reconstruire notre maison à Betokomia quand les combats ont repris, il y a quelques jours.

Comme Josianne, 30 000 personnes ou plus dans la région de Paoua ont fui les villages avoisinants et se sont réfugiées en famille dans la ville, qui devient de plus en plus dangereuse. Chaque foyer local accueille souvent plus de 40 personnes déplacées et l’approvisionnement en eau et en nourriture sera bientôt un problème.

MSF travaille à Paoua depuis 2006. Nous soutenons la salle d’urgence et le service pédiatrique de l’hôpital de Paoua et veillons à ce que les enfants et les femmes enceintes aient accès aux soins de santé primaires dans sept centres de santé périphériques. Nous fournissons maintenant une aide médicale aux populations de Bria, Bambari, Alindao, Batangafo, Kabo, Bossangoa, Boguila, Paoua, Carnot et Bangui. Depuis l’escalade des conflits armés début 2017, nous avons dû adapter plusieurs de nos programmes pour répondre aux besoins urgents des populations directement touchées par la violence.

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.