Centrafrique : braquage d’un marchand à Sosso-Nakombo, deux gendarmes soupçonnés prennent la fuite.

Par Hervé ZOUNGUÉRÉ , Journaliste et correspondant du CNC à Berberati Publié le 19-11-2018 - Modifié le 19-11-2018

 

pancarte de la Mairie de Sosso-Nakombo à l'ouest de la Centrafrique.

CopyrightCNC

 

Centrafrique : braquage d’un marchand à Sosso-Nakombo, deux gendarmes soupçonnés prennent la fuite.

 

 

Soupçonnés d’avoir braqué avec leurs armes de service un commerçant camerounais, deux gendarmes centrafricains, recherchés par la Justice centrafricaine, prennent la fuite depuis une semaine.

 

L’acte criminel, qui aurait été posé par deux gendarmes centrafricains,  s’est produit la semaine dernière à la sortie de la sous-préfecture de Sosso-Nakombo à l’ouest de la République centrafricaine.

La victime, un marchand camerounais, faisait son business depuis plusieurs années entre son pays et la RCA.

Selon nos informations, l’homme, un grand négociant, achète des bœufs depuis Cameroun en grande quantité, puis les revendre dans la ville de Berberati à 584 kilomètres de Bangui la capitale.

En revanche, après avoir écoulé ses marchandises sur place, il achète de l’or dans le Mambéré-Kadéï pour rentrer avec.

Cependant dans la journée du dimanche 11 novembre, deux gendarmes centrafricains, connus sous le nom de Hervé et Isac en poste à Sosso-Nakombo, auraient pris le courage de quitter leur poste sur une moto-taxi réquisitionnée pour la circonstance, pour un petit village à quelques kilomètres de la sortie de Sosso-Nakombo afin de tendre un guet-apens à leur future victime, qui serait bien sûr le négociant camerounais.

Comme prévu, la victime est arrivée, avec au moins 100 grammes d’or dans son sac et des billets de banque dans ses poches.

Avec leurs armes, les deux gendarmes auraient menacé à mort le marchand camerounais pour qu’il donne tout ce qu’il détienne par-devers lui.

Comme c’est un bon négociant, il a pu discuter avec ses bourreaux et leur aurait Rémi seulement une somme de 350 000 francs CFA. Une somme fraîche pour les deux prétendus criminels qui auraient quitté de suite le lieu de leur forfaiture.

Immédiatement, la victime contacte les autorités de Berberati et de Sosso-Nakombo qui ont pu identifier les deux gendarmes grâce à la moto qu’ils ont réquisitionnée pour leur coup.

Le Procureur de Berberati, qui a mené l’enquête, lance un mandat contre les deux gendarmes. L’un vient d’être arrêté, tandis que le second serait en fuite depuis quelques jours. Il est introuvable par ses collègues dans la région.

Ce phénomène de braquage de certains éléments des forces de l’ordre est malheureusement  courant à Sosso-Nakombo d’autant plus qu’ils se croient tout permis.

 

Copyright2018CNC.

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.