Centrafrique : La moto de l’étudiant porté disparu a été retrouvée dans le 7ème arrondissement

Publié le12 septembre 2018 » 23033» De...Christian DOBA, Journaliste rédacteur »

 

 

 

 

 

 

Alex NGUERAYOM alias (KASSIS), étudiant en année de Master à la Faculté des Sciences Economiques et des Gestions (FASEG) à l’Université de Bangui est porté disparu depuis le 11 août 2018. L’étudiant faisait du taxi-moto après le cours afin de subvenir à ses besoins, mais ce 11 aout dernier, il était parti pour ne plus regagner la maison. Mais aux dernières nouvelles, sa moto a été retrouvée dans le 7ème arrondissement par les parents de ce dernier. Cependant, un gendarme revendique également l’engin et pour raison d’enquête le commissaire du 7ème demande aux deux parties de produire les pièces justificatives mais…

C’était dans leurs investigations pour trouver des indices pouvant leur permettre de trouver la trace de la disparition de leur frère disparu à la date indiquée ci-dessus qu’un groupe qui sillonnait le quartier Ouango situé dans le 7e arrondissement de Bangui va tomber sur la moto de GUERAYOM Alex alias (KASSIS). Après la découverte de la moto par ses frères, ceux-ci ont immédiatement signalé au commissariat de Police du 7e arrondissement, un gendarme s’est présenté comme étant le propriétaire. Le Commissaire du 7e arrondissement a exigé à chaque partie d’apporter les pièces justificatives comme preuves. Les parents du disparu ont apporté la facture d’achat portant les numéros de la moto.

Par ailleurs, le gendarme ne s’est présenté qu’avec la photo de la moto et la caisse à outils de celle-ci. Et depuis lors, il ne s’est plus présenté au Commissariat pour la suite et à chaque fois que les parents du disparu se présentent pour trancher l’affaire ; ce dernier ne se présente toujours pas.

Finalement, une plainte aurait été portée contre cet officier de police judiciaire par les parents du disparu à la Brigade criminelle et une autre contre inconnu afin de mener une enquête appropriée pour connaître les causes de la disparition de ce futur cadre. C’est un garçon très dégourdi sur lequel les parents comptent beaucoup. « Même si on le tue, pour récupérer la moto, il faut nous montrer le corps de notre frère. » Martèle l’un de ses proches.

Pourquoi plusieurs cas d’assassinats, enlèvements et braquages en pleine capitale ? Le gouvernement doit assurer la sécurité de la population y compris leurs biens, les forces de défense et sécurité doivent s’assumer en doublant de vigilance afin de contraindre ces malfrats qui nuisent la vie de paisibles et laborieuses populations qui n’aspirent qu’à la paix rien que ça. L’État centrafricain a investi dans la formation de ce jeune homme plein d’avenir et au final pour ne rien avoir au retour. Non ! Il faut que cela cesse ! Affaire à suivre…

Par

 

Par : Christian DOBA  

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.