Centrafrique : le cycle infernal de la souffrance de la population dans le pays.

Publié le23 décembre 2017 » 18085» De...Alain Nzilo »

Centrafrique : le cycle infernal de la souffrance de la population dans le pays.

 

 

Rosen Roseba. Photo Andy Hall pour l’observateur.

Rosen Roseba. Photo Andy Hall pour l’observateur.

 

 

Bangui, le 24 décembre 2017.

Par : Rebecca Ratcliffe  

 

Quatre jours avant Noël, des rebelles armés de la Seleka ont fait du porte à porte dans le quartier de Rosen Moseba.

 

En 2013, la capitale de la République centrafricaine, Bangui, était en proie à un violent chaos et la Séléka, une coalition composée essentiellement de combattants musulmans, avait renversé le gouvernement du Président François BOZIZÉ en mars de la même année.

Au cours de cette violence généralisée couplée avec  du pillage, les communautés des deux côtés ont été terrorisées et Moseba et sa famille ont tenté de s’échapper, mais elle a été arrêtés par des hommes armés.

« Il y avait beaucoup de rebelles », se souvient-elle. « Trois d’entre eux m’ont violée, une par une ». Après qu’ils m’ont violée, certains membres de la Séléka ont dit: «Tuez-la, d’autres ont dit:« Non, non, nous n’allons pas la tuer, nous avons déjà fait ce que nous voulons faire. Elle était enceinte à ce moment-là. « J’ai essayé de résister mais je ne pouvais rien faire parce qu’ils avaient des armes, et je n’avais rien », dit Moseba.

Ils ont tué son frère devant elle et ses enfants. Elle a été forcée de quitter le corps de son frère sur le bord de la route. « Je ne sais pas ce qui s’est passé après, je ne sais pas si quelqu’un a enterré mon frère », dit-elle.

La capitale est sous contrôle gouvernemental aujourd’hui, mais les relations entre musulmans et chrétiens restent tendues. Beaucoup, comme Moseba, ont reçu peu d’aide pour reconstruire leurs moyens de subsistance. Ayant tout perdu dans la crise, elle est incapable de payer le loyer ou de payer ses enfants pour aller à l’école. Son mari l’a quittée après avoir appris qu’elle avait été violée.

 

Cinq ans après le début du conflit en RCA, la moitié de la population du pays a besoin d’une aide humanitaire, tandis que plus d’un million de personnes ont été déracinées par les combats. Dans de nombreux domaines, la crise s’est aggravée au cours des 12 derniers mois. La violence entre groupes armés, souvent en concurrence pour des ressources naturelles dans un contexte d’anarchie totale, a chevauché des luttes ethniques anciennes et la méfiance entre la majorité chrétienne et la minorité musulmane.

Le coordinateur des secours d’urgence de l’ONU, Stephen CBrien, a parlé des «précoces avertissements de génocide» Depuis la fin 2016, la violence a éclaté dans presque toutes les régions en dehors de la capitale, selon un rapport d’International Crisis Group.

Le centre et l’Est ont été dévastés par des conflits territoriaux tandis qu’au sud-est, les combats ont pris de l’ampleur à la suite du départ des forces spéciales américaines et des troupes ougandaises chargées de combattre l’Armée de résistance du Seigneur. La rivalité ethnique entre les agriculteurs et les bergers est également une préoccupation croissante.

Thierry Vircoulon, qui a mené des recherches pour l’ONG Mercy Corps, prévient que le gouvernement devrait intervenir d’urgence dans la région pour prévenir l’escalade de la violence avant la saison sèche, lorsque les éleveurs acheminent le bétail du Cameroun vers la RCA. Cela devient de plus en plus un conflit communautaire.

Cela rend le conflit de plus en plus difficile à gérer parce qu’il se fragmente selon les lignes communautaires, dit Vircoulon. Dans les communautés déçues par la mission de maintien de la paix des Nations Unies, les groupes armés, qui se sont fragmentés et multipliés, sont de plus en plus considérés comme protecteurs. Le mois dernier, l’ONU a annoncé le déploiement de 900 soldats supplémentaires en RCA.

 

différence sur le terrain.

« Il n’y aura jamais assez de troupes pour couvrir tout le pays, c’est un pays immense avec des infrastructures très médiocres et une population dispersée sur un territoire plus grand que la France », explique Enrica Picco, chercheur indépendant sur la région d’Afrique centrale. . La mission de maintien de la paix de l’ONU, Minusca, est largement considérée comme un échec. Portés par des rapports d’exploitation et d’abus sexuels, ils sont considérés par beaucoup en RCA comme inefficaces ou biaisés.

 

En Visite au pays en octobre dernier, Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré à maintes reprises que les troupes n’avaient d’autres objectifs que de restaurer la paix. Guterres a également critiqué ceux qui « utilisent la manipulation politique pour diviser les différentes communautés religieuses ».

 

La relation entre l’ONU et le gouvernement est devenue tendue, déclare Jean Félix Riva, chef du cabinet du président de l’Assemblée nationale.

« Ce que nous entendons quand le premier ministre parle ou le président parle, nous travaillons avec l’ONU et travaillons avec Minusca », mais en privé ils vous diront que Minusca n’aide pas à résoudre le problème. L’ONU et Minusca en privé disent-ils la même chose.

Malgré les élections de l’année dernière, qui étaient pour la plupart pacifiques et portaient un regain d’optimisme, le gouvernement n’a pas fait assez pour unifier le pays ou condamner la violence engendrée par la rivalité ethnique. L’espace humanitaire s’est rétréci rapidement au cours des derniers mois, et de nombreuses régions de la RCA sont maintenant trop dangereuses pour atteindre des milliers de personnes sans accès à l’aide d’urgence, dit Levourne Passini, qui travaille pour Tearfund en RCA.

 

calme, les tensions ont augmenté ces dernières semaines à la suite de plusieurs incidents de sécurité. Le mois dernier, Médecins Sans Frontières a évacué tout le personnel national et international de Bangassou, une ville du sud-est du pays, suite à un violent vol à main armée.  Trente enfants en soins intensifs à l’hôpital de Bangassou ont été laissés sans soins médicaux Même dans les zones où les travailleurs humanitaires peuvent opérer, les ressources sont limitées.

 

Prudence Lamba de Bangui, était l’une des 100 000 personnes qui vivaient au milieu des avions abandonnés et rouillés dans l’aéroport de la ville, après avoir fui la Seleka avec ses quatre enfants et 10 petits-enfants. «Quand j’ai dû courir, j’ai tout laissé derrière moi, je me suis simplement enfui, j’ai laissé tous mes biens», dit-elle. Le gouvernement a fermé le camp où elle vivait en janvier. Les familles ont reçu 50 000 francs CFA pour rentrer chez elles, mais l’argent est loin d’être suffisant, dit-elle, même si son revenu en tant que vendeur de bois est inclus. « Je dois prendre soin de mes enfants et de mes petits-enfants.

Les enfants doivent retourner à l’école mais je n’ai pas l’argent pour payer l’école, ni les livres ni les crayons, dit Lamba.

 

Un enfant régarde dans une salle de classe située dans un camp de Mpoko. Photo Jerome Delay, AP

Un enfant régarde dans une salle de classe située dans un camp de Mpoko. Photo Jerome Delay, AP

 

Elle s’inquiète de l’impact psychologique que la crise a eu sur sa famille :

«C’était très difficile pour les enfants, auparavant, nous vivions dans une maison avec des murs. Nous avons dormi sous une tente, il faisait parfois froid, il y avait parfois de mauvais animaux, des insectes, sous la tente, nous dormions sur le sol, nous n’avions pas de lit, et les enfants étaient très malades. Elle a ajouté: «Les enfants vivent la situation, ils connaissent le bruit des armes à feu, les gens doivent courir. Les enfants le vivent, ils le savent».

Lamba, avec Moseba, reçoit le soutien d’Acatba, un organisme local d’alphabétisation, de formation commerciale et de conseil aux victimes de violences sexuelles, soutenu par Tearfund et le gouvernement britannique.

Elvis Guekenean Thomas, directeur d’Acatba, déclare qu’un défi majeur est le manque de ressources disponibles, en particulier pour soutenir les survivants de viol, qui sont déjà difficiles à atteindre en raison de la stigmatisation enracinée associée à la sexualité.

Certains, les survivants sont capables de parler de ce qui leur est arrivé et d’essayer d’avoir accès à l’aide, mais d’autres non, alors nous envoyons des réseaux communautaires pour [chercher les victimes qui se cachent dans leurs maisons « , dit-il, « Une très petite minorité obtient de l’aide. »

 

 

L’appel humanitaire de l’ONU pour la RCA n’a reçu que le tiers des 497 millions de dollars requis. Un appel visant à aider les personnes contraintes de fuir leur domicile a été financé à moins de 10%. Le pire des combats dans la capitale est terminé, mais pour Moseba, la vie est loin d’être stable. « C’est très difficile », dit-elle. « J’ai peur d’être expulsé de ma maison et mes enfants ne vont pas à l’école. »

Avant la crise, j’avais l’habitude de vendre des choses, mais maintenant j’ai tout perdu et je n’ai pas assez d’argent pour en commencer une autre activité Parce que je suis un orphelin

 

Certains noms ont été changés pour protéger les victimes.

 

Réportage rédigé à l’aide de l’extrait de THE GUARDIAN britanique.

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.