Centrafrique : le MLPC condamne énergiquement les violences faites sur la population civile à Alindao.

Par Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) Publié le 19-11-2018 - Modifié le 19-11-2018
le logo officiel du parti mlpc de martin ziguélé

Logo officiel du MLPC

 

Centrafrique : le MLPC condamne énergiquement les violences faites sur la population civile à Alindao.

 

MOUVEMENT DE LIBÉRATION DU PEUPLE CENTRAFRICAINE
BUREAU POLITIQUE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 

La recrudescence soudaine d’actes violents, occasionnant d’innombrables pertes en vies humaines et des blessés parmi nos compatriotes des villes de province, notamment Bambari, Batangafo, Alindao et autres a également entrainé la destruction par le feu ou le pillage de nombreux biens.

Le mode opératoire choisi par les auteurs de ce déchainement de violences aveugle, que rien ne saurait justifier, a pris pour cible les populations civiles, déjà lourdement éprouvées par des situations similaires antérieures et regroupées dans des camps de fortune ou à proximité des églises catholiques dans l’arrière-pays.

Tous ces douloureux et regrettables événements qui surviennent successivement au moment même où toutes les énergies, aux niveaux national et international, se déploient pour faire retrouver la paix à notre pays, nous amènent à nous interroger sur la volonté réelle des parties en conflit à renoncer de façon durable aux hostilités.

Aussi, le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC)

  • Condamne-t-il énergiquement tous ces actes, d’où qu’ils viennent et pour quelque raison que ce soit, commis sur des populations civiles innocentes qui n’aspirent qu’à vivre en paix et sur ceux qui, par pur humanisme, tentent d’organiser leur vie dans ces camps pour la rendre la moins précaire possible ;
  • Présente ses sincères condoléances aux familles endeuillées et sa compassion avec les blessés.

Par la même occasion, le Bureau Politique du MLPC exhorte le Gouvernement dont la mission est de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le territoire national d’une part, et la MINUSCA dont la sienne est de protéger les populations civiles d’autre part, à tout mettre en œuvre pour identifier les auteurs de ces actes, les appréhender et les traduire devant les juridictions compétentes et assumer ainsi leurs charges dans l’intérêt du Peuple centrafricain,.

 

 

Bangui, le 19 novembre 2018

Pour le Bureau Politique

 

G.J.E. KOYAMBOUNOU

Premier Vice-Président

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.