Centrafrique: les adolescentes réclament leur autonomisation à l’occasion du 11 octobre

Par Éric Ngaba ... , Journaliste Grand reporter Publié le 14-10-2018 - Modifié le 14-10-2018

marche pacifique des adolescentes en Centrafrique pour le 11 octobre. Credit photo : Éric Ngaba pour CNC.

 

 

Centrafrique: les adolescentes réclament leur autonomisation à l’occasion du 11 octobre

 

 

Les adolescentes en République Centrafricaine ont réclamé le 11 octobre dernier, à l’occasion de la journée internationale de la jeune, leur autonomisation. A travers le concours de l’ONG Plan internationale, elles ont à cet effet, marché sur le boulevard des martyrs à Bangui pour exprimer leur préoccupation en prélude à cette journée qui était la leur.

«Autonomisation des adolescentes : avant, pendant et après la crise », c’est sous ce thème que la journée internationale de la fille a été célébrée en République Centrafricaine. Des filles de plusieurs établissements scolaires de Bangui et des organisations des jeunes ont été mobilisées par l’ONG Plan internationale qui a interpelé les autorités centrafricaines et la communauté internationale à se pencher sur la situation de la légalité des filles en Centrafrique.

« Cette journée c’est une journée de combat pour l’égalité des filles. En Centrafrique, nous savons tous qu’il y a beaucoup de défis qui concernent les filles vue qu’il y a la crise. Nous voulons passer le message. Nous voulons, sensibiliser et influencer les autorités pour que vraiment, il y ait la légalité des filles », a expliqué Coumba Mbaye, Représentante par intérim de l’ONG Plan internationale en Centrafrique.

A l’occasion de cette journée, Plan international a organisé du 10 au 11 octobre 2018 plusieurs manifestations pour la commémoration de cette journée en faveur des jeunes filles de Centrafrique.

La journée du 10 a été consacrée à une marche pacifique sur le boulevard des Martyrs, et à un match de football féminin. La journée du 11 a été consacrée à un conférence-débat, partage d’expérience avec des femmes leaders, discours et plaidoyer.

L’objectif est d’aider à nouveau les jeunes femmes et les jeunes filles à assumer des rôles de leadership dans les espaces politiques, économiques et sociaux. Grâce à cette action, Plan international s’est mobilisé pour que les filles soient plus visibles et pour inspirer les autres à se joindre au mouvement pour les droits des filles et à agir.

« Nous jeunes filles de Centrafrique, avons été maltraitées dans beaucoup de choses par la société durant le conflit dans notre pays. Nous nous mobilisons pour cette journée pour montrer montrer au public, à nos parents, au gouvernement et au monde entier que nous avons aussi une place dans la société. C’est aussi l’occasion de dire aux filles de ne pas rester à la maison, de se lever pour prendre le dessus, d’être une fille capable, une fille leader afin de franchir n’importe quel problème qui se présente devant nous », a martelé Sylvia Arlette Ngalema, présidente des élèves de l’Ecole Normale et Supérieure (ENS).

La journée internationale de la fille fut initialement une initiative de Plan International qui a mené un travail de Plaidoyer pour la cause de la jeune fille. En janvier 2011, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution fixant le 11 octobre 2012 comme la première Journée internationale (des droits) de la fille.

 

Par : Éric Ngaba, CNC.

 

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.