Centrafrique : ‘’L’Union africaine et la crise en Centrafrique’’, un livre poignant du Pr Richard Filakota

Par Fred Bruno KROCK , Journaliste et rédacteur Publié le 05-09-2018 - Modifié le 05-09-2018

 

 

 

 

Centrafrique : ‘’L’Union africaine et la crise en Centrafrique’’, un livre poignant du Pr Richard Filakota

 

 

 

‘’L’Union africaine et la crise en Centrafrique’’ n’est autre que l’expression de ras-le-bol d’un certain nombre de Centrafricains décidés à coucher sur papier quelques contributions endogènes aux apports extérieurs multiformes de sortie de crise en RCA. A l’occasion de la dédicace de cet ouvrage, l’auteur du a été face à une assemblée très impressionnée par la découverte de la haute mafia et le complot ourdi dont est victime la RCA depuis 60 années sous la mauvaise foi des français.

« Dans cet ouvrage, je suis allé plus loin que la Feuille de route dans une analyse prospective pour chercher à savoir, d’où est partie notre crise. Parce que dans les analyses qu’on nous fait gobées ou imposées, voilà ce qu’on dit : le problème de ce pays, c’est la mauvaise gouvernance et les gens s’arrêtent là. Il y en a qui ont cherché de tirer le problème sur le terrain du confessionnalisme pour dire que c’est une crise entre les musulmans et les chrétiens », a fait savoir, d’entrée de jeu, Père Richard Filakota.

D’emblée, la conclusion à laquelle est parvenu l’auteur c’est que la Nation centrafricaine est une nation rebelle, ce qui explique la maltraitance qu’elle subit de la part de ceux qui veulent faire d’elle leur vache à lait. « J’ai fait mes recherches et je l’ai comparée à ce que j’ai déjà fait dans le cadre de mes études universitaires, je suis arrivé à la conclusion que notre problème, c’est que la République centrafricaine, notre pays, est un pays rebelle. Parce que nous n’avons pas toujours accepté qu’on nous traite comme nous ne le voulons », a fait savoir l’auteur qui précise par ailleurs que cette impensable situation a commencé depuis Barthelemy Boganda lorsque les parents et grands parents des Centrafricains ont dit qu’ils ne peuvent pas laisser le pays entre les mains des français comme eux, ils le souhaitent.

Le prix à payer de cette rébellion des Centrafricains vis-à-vis des manœuvres de l’ancienne métropole, c’est le châtiment politique assuré qui est infligé par la France. « Quand vous êtes un pays rebelle, comme pour tout sort réservé aux rebelles, on va vous le faire sentir, on va vous le faire savoir dans votre chair… », a indiqué Pr Filakota. Et de poursuivre que depuis l’accession à l’indépendance, la République centrafricaine est sous embargo, donc dans la même situation que le Cuba sous la puissance américaine, l’empêchant de coopérer avec les Communistes. « Mais comme nous sommes des rebelles, des têtus, nous avons refusé d’être sous embargo et vivre dans ces conditions voulues par la France ».

L’autre punition, c’est que tous les Chefs de l’Etats centrafricains ont connu des situations impitoyables de fin de mandat. C’est par coup d’Etat pour imposer celui que la France estime être son homme de main. A en croire Pr Filakota dans son livre, Barthelemy Baganda a connu la tragédie pour avoir commencé cette révolution. David Dacko a eu des problèmes pour payer les salaires, et lorsqu’il était allé chercher du côté de la Chine, c’est le coup d’Etat de Saint Sylvestre ; – Bokassa a eu les problèmes pour payer les fonctionnaires, il a eu le malheur d’allez vers Kadhafi qui était de connivence avec les Socialistes et le Communistes, c’est l’opération Barakuda ;- Patassé veut collaborer avec les Américains pour le pétrole, coup d’Etat de 2003 ; – Pour Bozizé, il a bien commencé en cédant l’Uranium aux Français. Mais, lorsqu’il a décidé d’exploiter le pétrole avec les Chinois, les Français exigent que la République centrafricaine bénéficie de 5%, alors qu’eux les Chinois disent 50/50. Le contrat signé par Bozizé était son acte de décès.

Revenant à l’Union africaine proprement dite, l’auteur a commencé par relever que l’Union africaine trouve son financement auprès de l’Union européenne, cette dernière dicte à l’Union africaine ce qu’elle doit faire. Alors que derrière l’Union européenne, c’est d’abord la France, puis l’Allemagne, la Belgique… Donc, c’est toute cette chaine qui manipule les crises en Centrafrique. Et de l’avis de Filakota, quand on alimente ces crises, c’est pour que la       RCA devienne ingouvernable et que les Centrafricains soient amenés à faire appel à l’extérieur plus particulièrement à la France avec qui elle a conclu des accords militaires. Ainsi, la France continuera à dicter ce que les Centrafricains doivent manger, ce qu’ils doivent boire… « Donc, nous sommes alimentés avec de petites doses de sérum pour nous maintenir en vie ».

Aujourd’hui, la France utilise les Africains contre les Africains. Et l’Union africaine est manipulée à cette fin. « Lorsqu’on a lu cette Feuille de route, nous avons dit qu’il y a un danger qui nous guette. Si on ne se réveille pas, on va sortir de notre maison le matin, retrouver notre pays entre les mains des étrangers et les français », a conclu l’auteur…

 

 

 

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.