Centrafrique : quand l’hôtel Ledger Plaza de Bangui se transforme au marché clandestin des diamants et Ors.

De...Alain Nzilo »
 0 stars
Inscription to vote!

Centrafrique : quand l’hôtel Ledger Plaza de Bangui se transforme au marché clandestin des diamants et Ors.  

 

Hôtel Ledger Plaza Bangui Centrafrique

 

 

Bangui, le 4 décembre 2017.

Par : Félix NDOUMBA, CNC.

 

Dans le salon de l’hôtelLedger   à Bangui, la capitale de la RCA déchirée par la guerre-civile, les marchands clandestins de diamants, discret, ciblent prudemment les potentiels  clients.

Leurs offres chuchotées  pour la vente des diamants et ors  sont le premier indice du marché illégal prospère pour les pierres précieuses dans un pays qu’il y a six ans encore était classé parmi les 10 premiers pays les   plus grand producteur de diamant du monde et est maintenant principalement contrôlé et exploité  par des milices armées.

 

Les ventes illicites sont, pour la RCA,  des mauvaises nouvelles, car le pays lutte en faveur du retrait d’une interdiction internationale des exportations de ses diamants. L’embargo, qui a été partiellement levé l’an dernier, a été imposé en raison des inquiétudes concernant le financement des groupes armés par la vente  des diamants et ors exploités illégalement sur le territoire contrôlé par les milices. Pourtant, alors que les exportations de diamants offrent une source potentielle de recettes publiques désespérément nécessaires, les autorités ont été jusqu’à présent impuissantes à freiner le commerce souterrain.

 

«le gouvernement est conscient que les contrebandiers viennent à Bangui acheter des diamants, mais n’ont pas les moyens de les arrêter», a déclaré le ministre des mines, Leopold Mboli Fatrane. Il cite l’exemple d’un voyageur italien arrêté récemment avec des écailles et d’autres équipements d’évaluation de diamant dans ses bagages.

« si vous êtes pris dans la Loi, nous vous expulser, »Mboli Fatrane dit dans une interview à Bangui. » Mais nous avons un grand pays et à peine tous les moyens d’enquêter.

Les diamants ont été à la fois une bénédiction et une malédiction pour la RCA  depuis son indépendance de la France en 1960, fournissant une source cruciale de revenus pour les pauvres tout en alimentant la corruption et les conflits armés entre les élites.

Sous Jean-Bédèle Bokassa, qui portait une couronne incrustée de diamants quand il s’est proclamé empereur en 1976, les diamants sont devenus un synonyme pour la mégalomanie des politiciens de la nation.

Dans son atelier, le Diamantaire Joseph Guinot, 65, se souvient de ces jours de couronnement affectueusement.

Géologue de formation, on lui demanda d’acheter 1250 diamants pour la Couronne de Bokassa et, plus tard, il permit de vendre les pierres du pays à Anvers. Il a ouvert une entreprise de coupe de diamant et un studio de bijoux, et a construit un hôtel pour les clients de l’étranger. La vie était bonne.

Cela a changé de façon spectaculaire en 2013, quand le coup d’État de l’ex-coalition Séléka  chasse de force le Président François Bozizé du pouvoir et a déclenché les représailles  des Anti-Balaka, une milice proche du Président déchu Bozizé. Des mois plus tôt, les insurgés avaient saisi la ville orientale de Bria, le principal centre de diamant du pays.

Le conflit qui a tué des dizaines de milliers de personnes a incité le processus de Kimberley, un groupe international de certification qui cherche à stopper la vente de diamants à partir de zones de guerre, à suspendre la République centrafricaine. L’économie a contracté de 37% en 2013 à mesure que les exportations officielles se sont effondrées, selon le Fonds monétaire international.

 

Nation la plus pauvre

 

Aujourd’hui, la République centrafricaine est la nation la plus pauvre au niveau mondial, en se classant au bas de la liste des 188 pays de l’indice des Nations Unies pour le développement humain (2016).

À la suite de la nomination d’un gouvernement élu l’année dernière, le processus de Kimberley a permis une levée partielle de l’interdiction de cinq régions de l’Ouest où les combats se sont déformés et un certain contrôle réglementaire pourrait revenir. La première ville à commencer à commercialiser à l’étranger a été Berberati, en mai 2016. Les exportations officielles ont repris «timidement», a déclaré le ministre des mines.

Cependant, alors que les groupes armés restent dans le contrôle des principales villes minières de l’est, le chaos signifie que les diamants des zones rebelles peuvent facilement être mélangés à des pierres légales, a déclaré le témoin mondial du groupe politique basé à Londres dans un rapport de juin.

«les diamants de toutes les parties de la Centrafrique sont principalement transités par des pays voisins pour se retrouver  sur les marchés internationaux», a déclaré l’organisation.

Plus près de la frontière, les contrebandiers utilisent le Cameroun voisin comme point de transit pour les flux à grande échelle de cargaisons non déclarées de diamants de la République centrafricaine, selon l’impact du groupe de défense de l’Ontario, qui a enquêté sur les flux de minerais dans les zones de conflit. Les pierres sont vendues à des endroits tels que Dubaï et l’Inde, selon  l’organisation qui a  déclaré dans un rapport publié en décembre 2016.

Le gouvernement fait du lobbying pour lever complètement l’interdiction des exportations, en disant qu’il ne peut arrêter la contrebande si elle a les fonds nécessaires pour le faire. Le budget du ministère pour la lutte contre la fraude était inférieur à 20 millions de francs CFA ($35 000) lorsque Mboli Fatrane est arrivé au département en mars de l’année dernière, dit-il.

 

Groupes armés

 

«Nous aurons à récupérer tous nos sites miniers des mains des groupes armés si nous voulons une paix réelle et durable–c’est la seule façon», a déclaré le ministre. «C’est le contrôle des sites miniers qui leur permet d’acheter des armes.»

Pour le diamantaire Guinot, il y a toujours l’espoir que l’ère dorée du commerce de diamant reviendra.

«une fois que nous avons la sécurité, nous serons bien», dit-il, debout près d’un employé de polissage d’une pierre rugueuse. « aucun homme travailleur ne peut avoir faim dans un pays qui a de l’or et des diamants.”

(le rapport sur cette histoire a été appuyé par la Fondation internationale des médias féminins, dans le cadre de l’initiative de rapport sur les grands lacs africains.)

 

 

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.