Communiqué de Presse du collectif « Touche pas à ma Constitution », relatif aux festivités du 1er décembre

Par Collectif Touche pas à ma Constitution (CTC) Publié le 29-11-2018 - Modifié le 29-11-2018
logo du collectif touche pas à ma Consitution de Centrafrique

Banière officielle du collectif ‘Touche pas à ma Constitution »

 

 

Communiqué de Presse du collectif « Touche pas à ma Constitution », relatif aux festivités du 1er décembre

 

 

Il ressort de la constitution centrafricaine que la protection de la dignité humaine est garantie par le pouvoir public.

Depuis le retour à la légalité constitutionnelle, une fièvre drastique de barbarie sanglante a toujours caractérisé le quotidien du peuple centrafricain.

La déploration du cortège des morts et la nature des crimes abominables perpétrés par des bandes armées sur la population civile sont indéniables. Il est frappant de constater que le gouvernement et les forces internationales ne déploient aucune mesure concrète pour résoudre cette crise traumatisante.

Vu le regain de violences et, notamment, les massacres commis dans la localité d’Alindao, Bambari, Batangafo par des bandes armées ayant occasionné l’assassinat des serviteurs de Dieu et celui de la population civile, le collectif « Touche pas à ma constitution » exige l’annulation des festivités du 1er décembre marquant la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République et demande à la population de ne s’associer à aucune activité relative à cette célébration.

Par ailleurs, le collectif s’inscrit dans la vision du groupe de travail de la société civile et en appelle pacifiquement à l’observation de trois jours de ville morte en la mémoire de tous les martyrs de la République.

Le collectif dénonce et condamne la nature de ces actes odieux et impose l’arrestation immédiate de tous les « seigneurs de guerre ». De même, nous martelons que nous déclencherons dans un futur proche une procédure de mise en cause du gouvernement et de la Minusca devant les tribunaux nationaux et internationaux pour non-assistance à toute une population en danger.

Enfin, le collectif adresse ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes et souhaite aux blessés un prompt rétablissement.

Fait à Paris, le 29 novembre 2018.

 

Le Coordonnateur Général

Godfroy-Luther GONDJE-DJANAYANG.

 

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.