Gabon : L’effet des réseaux sociaux

Par Destin André Mballa , Journaliste (CNC) Publié le 20-11-2018 - Modifié le 20-11-2018
ALI BONGO

Le Président gabonais Ali BONGO.

 

Gabon : L’effet  des réseaux sociaux

 

 

Le malaise du président Ali Bongo Ondimba est la preuve patente qu’un mauvais usage d’internet peut constituer un véritable cancer social, un moyen de déstabilisation, un poison pour la vérité et le vivre-ensemble.

Comme dit l’adage : «à quelque chose, malheur est bon». On ne saurait souhaiter le malaise arrivé au président de la République, chef de l’Etat du Gabon, Ali Bongo Ondimba le 24 octobre dernier à Riyad en Arabie Saoudite.

Mais, cette épreuve reste tout de même pleine d’enseignements. Elle nous a permis de voir et de comprendre à quel point le mauvais usage des réseaux constitue à n’en point douter une arme de destruction massive.

Certains internautes aux agendas cachés les ont utilisés pour assener un coup fatal au Gabon en passant par son chef. Alors que les uns s’en sont servis pour annoncer le pire au président de la République, Ali Bongo Ondimba, d’autres s’en sont saisis pour annoncer l’apocalypse au peuple gabonais.

En face, d’autres Gabonais en bons patriotes ont donné la riposte pour contrer cette entreprise du mal. Dans une sortie à l’Agence France Presse (AFP), Ange-Gaël Makaya Makaya, étudiant à l’Université Omar Bongo de Libreville n’a pas loupé les auteurs de ce montage grotesque visant à nuire à l’unité et à la paix au Gabon.

«Les réseaux sociaux ne sont pas un baromètre de l’état d’esprit des Gabonais […] La tradition chez nous veut qu’on ne souhaite pas la mort de quelqu’un, surtout lorsqu’il s’agit d’un dirigeant».

Sylvia Bongo Ondimba, à travers deux sorties successives sur ses comptes Twitter et Facebook, est davantage venue confondre ces détracteurs dont le venin n’a pas été aussi puissant pour faire sombrer le pays dans le chaos.

Avec méthode et douceur, la première dame du Gabon est venue tempérer les cœurs et rassurer les uns et les autres sur la bonne évolution de l’état de santé de son bien aimé. La double sortie samedi dernier du directeur de cabinet, Brice Laccruche Alihanga est venue confirmer une fois de plus qu’Ali Bongo Ondimba va de mieux en mieux.

Le peuple gabonais, plus que jamais épris de paix, jaloux de son unité et assagi au lendemain des fâcheux événements de la crise post-électorale, n’a pas cédé à la tentation, mais est plutôt rentré en prière pour implorer la protection du Très haut sur le président.

Le Dieu Tout-puissant, toujours miséricordieux, a réagi favorablement en sortant Ali Bongo Ondimba de son coma artificiel. N’en déplaise aux pyromanes et oiseaux de mauvaise augure, le président gabonais est désormais hors de danger et l’espoir est permis.

«Ali», comme l’appellent affectueusement ses compatriotes, regagnera bientôt son palais du bord de mer à Libreville. Au grand bonheur de la majorité des Gabonais qui piaffent d’impatience de revoir ce chef qu’ils ont réélu le 27 août 2016 au détriment de Jean Ping.

……..

 

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.