Centrafrique : des Banguissois sont descendus dans les rues pour demander au Président Touadera de soutenir le processus de Paix.

Par Édouard ZOULOUTOA , Journaliste et chroniqueur Publié le 29-11-2018 - Modifié le 29-11-2018
Les manifestants de la société civile contre la présence de la Minusca à Bangui

Image d’illustration de manifestation contre la Minusca à Bangui.CopyrightCNC

 

 

Centrafrique : des Banguissois sont descendus dans les rues pour demander au Président Touadera de soutenir le processus de paix

 

 

Ce jeudi 29 novembre, environ 500 personnes, selon les organisateurs, se sont réunies au monument de la paix au rond-point Marabena dans le 5e arrondissement pour demander au Président de lancer au plus vite possible le processus des pourparlers.

 

« Pendant que les forces étrangères ralentissent délibérément les négociations pour la paix, les Centrafricains lambda sont en train de mourir», explique l’un des manifestants au micro du CNC.

Selon une correspondance envoyée au Président Faustin Archange Touadera, les manifestants du 29 novembre ont demandé fermement d’envoyer des représentants officiels de la part de l’État aux pourparlers de Khartoum. « La Russie et le Soudan nous offrent une formidable plateforme pour les pourparlers. L’opportunité est elle-même venue vers nous, alors pourquoi la négliger ? » exclament dans les rues les participants.

Une proposition du Président soudanais d’utiliser encore une fois la plateforme de Khartoum comme terrain pour les pourparlers.

La première rencontre a eu lieu le 28 aout dernier dans la capitale soudanaise Khartoum avec les représentants des groupes armés principaux qui se sont entendus sur une solution pacifique du règlement des conflits. La Russie s’est présenté en tant que médiateur et coorganisateur desdits pourparlers.

Il y’a lieu de rappeler que la Fédération de Russie coopère avec la Centrafrique sur la question sécuritaire : les instructeurs russes ont formé plus de 1300 éléments des FACA et ont organisé la formation des élément des forces de sécurité intérieure .

En outre, les participants exigent aussi l’enlèvement immédiat des restrictions sur les livraisons d’armes pour les FACA imposés par l’ONU. Selon les accords signés avec la Russie, celle-ci devrait livrer des armes et munitions pour l’équipement de l’armée et des forces de sécurité intérieure.

Les participants de la manifestation ont aussi diffusé un communiqué dans lequel ils expriment leur soutien complet et inconditionnel au Président et au gouvernement actuel et leur demandent d’être plus délibéré et de régler au plus vite possible la question sécuritaire en participant aux pourparlers de Khartoum.

La manifestation s’est déroulée de 7-8 heures dans une ambiance calme.

Dans l’espoir d’être entendus par le Président ainsi que par la communauté internationale, les manifestants ont quitté la place Marabéna pour leur occupation personnelle.

 

Voici le communiqué diffusé par les Manifestants :

 

Communiqué des patriotes de la RCA

Nous, participants à la manifestation pacifique «POUR LA PAIX EN RCA», demandons au président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadéra, de signer rapidement un accord de paix avec les rebelles de la République. Nous soutenons la tenue prochaine de la réunion de Khartoum, qui marquera le début du processus de paix dans notre pays.

Monsieur le Président, nous sommes fatigués de vivre ainsi, nous sommes fatigués de l’effusion de sang inutile, de l’instabilité et du sous-développement de notre économie, les jeunes centrafricains vous regardent avec espoir et vous font confiance pour leur avenir. Nous attendons de votre part des changements et des réformes que vous commencerez après l’instauration de la paix.

Votre excellence, vous avez une solution entre vos mains, envoyez les membres du gouvernement à Khartoum, commencez le dialogue avec les groupes armés, ne renoncez à aucune action en faveur de la paix. Et si la Russie et le Soudan apportent leur aide à notre pays, nous devons l’accepter.

L’Initiative africaine ne peut pas s’en sortir toute seule. Les négociations de Khartoum aideront l’initiative africaine à agir plus vite et plus ferme. Nous ne pouvons plus attendre. Le moment est venu de faire l’histoire. Rien n’est impossible pour un cœur courageux. Nous avons confiance en vous, nous avons voté pour vous, et nous allons voter à nouveau, vous pouvez compter sur nous, et nous vous soutiendrons.

Nous voulions organiser une manifestation pacifique, comme la loi l’exige, nous avons soumis une demande, nous aimerions que vous entendiez nos voix. Sous de fausses raisons, notre rassemblement a été annulé par ceux qui ont peur du changement. Ceux qui n’ont pas besoin de paix sur cette terre. Nous avions l’intention prévu d’aller au palais présidentiel. Et nous aurions dû être 5.000 personnes. Cinq mille personnes vous réclament.

Nous n’avons pas eu le temps de prévenir tout le monde, et 500 personnes sont venues aujourd’hui. Ces gens ne savaient pas que le rassemblement était annulé. Nous vous demandon de punir sévèrement ceux qui ont décidé d’annuler la manifestation pacifique à l’appui de la paix.

Nos slogans sont « POUR LA PAIX », « POUR KHARTOUM », « POUR LE PRÉSIDENT ». L’annulation de notre manifestation est pour nous une provocation contre vous personnellement et l’ensemble du peuple centrafricain.

Monsieur le président, nous attendons une action décisive de votre part. Et surtout, la réunion de Khartoum le plus tôt possible. Pour la paix, pour la République.

 

 

 

Share this post
Tags

Les commentaires sont fermés.