Centrafrique : LES BAILLEURS NE DÉBLOQUENT-ILS QUE PARTIELLEMENT LES FONDS ?

De...Alain Nzilo »
 0 stars
Inscription to vote!

Centrafrique : LES BAILLEURS NE DÉBLOQUENT-ILS QUE PARTIELLEMENT LES FONDS ?

 

Le Président Touadéra, son Premier Ministre Simplice Mathieu SARANDJI et son Ministre des finances Henri Marie DONDRA

Le Président Touadéra, son Premier Ministre Simplice Mathieu SARANDJI et son Ministre des finances Henri Marie DONDRA

 

 

Bangui, le 4 septembre 2017.

Par : Joseph Akouissonne, CNC.

 

URGENCES

          Il est indéniable que le chaos persistant génère une insécurité qui ne rassure pas les donateurs. Ils peuvent craindre que leur argent ne soit investi à perte dans un pays au bord de l’abîme.

          La population, déboussolée, est en errance. Les exilés, de l’intérieur et de l’extérieur, se comptent par milliers. La jeunesse, traumatisée, voit son avenir compromis. Les hôpitaux sont devenus des mouroirs, les pathologies ne peuvent être soignées. Les routes qui drainent le pays sont, aujourdhui, des pistes impraticables. L’agriculture a été abandonnée par les paysans qui fuient les violences. Le centre-ville de Bangui, en ruine, doit être réhabilité en urgence.

          Le pays est occupé à 60% par des séditieux. Une violence indicible y règne : 30 morts en moyenne par jour. Ceux qui veulent faire croire que la situation sarrange et que la paix revient, habitent certains quartiers protégés de la capitale, ville-illusion. Dans les provinces occupées par les ex-Sélékas, c’est la terreur. On comprend, dès lors, que les bailleurs de fonds hésitent et deviennent méfiants.

          Mais voilà ! Les populations ruinées attendent, angoissées, que leur sort s’améliore. Sil faut que le chaos cesse avant de débloquer les fonds, cest comme si on demande à un malade dattendre que la fièvre tombe avant d’être soigné. Il faut injecter ces fonds, même pendant les violences. Car la population, exsangue, espère avec impatience le début du redressement du pays.

          On peut très bien débloquer les ressources promises pour les consacrer aux nombreuses urgences. Il nen manque pas. Il y a fort longtemps que Bangui-la-Coquette a perdu sa coquetterie : artères défoncées et impraticables, causes de nombreux accidents mortels, bâtiments administratifs dont lentretien laisse à sirer ou, tout simplement, en ruine. L’hôpital de l’Amitié de Bangui est, par exemple, dans un état de délabrement et de décomposition inimaginable.

         Dans les provinces, cest une calamité sans nom. Les préfectures et les sous-préfectures sont dans un état lamentable. Les mobiliers ont été dérobés par les Sélékas et leurs mercenaires. Les écoles, les hôpitaux et les dispensaires de province ne sont pas dignes dune République comme la Centrafrique.

          Ceux qui ont dirigé le pays avant ont une part de responsabilité écrasante. Jean-Bedel Bokassa été un dictateur, il a tué des innocents, mais, il faut le reconnaître, il avait un sens aigu du patriotisme. A son époque, Bangui méritait bien son surnom de Coquette. Les artères étaient entretenues et praticables. Des bâtiments administratifs étaient construits.   

          Aujourdhui, ils sont en ruine, à cause des mauvaises gouvernances successives. Lintrusion des Sélékas à Bangui a fini le saccage du pays des Bantous.

 

DES PISTES POUR DONNER DE L’OXYGÈNE AU PAYS

          Quand la décision de débloquer des fonds a été prise à Bruxelles, un immense espoir sest levé et des hourras ont salué le surgissement de cette aubaine ! Du fond de leurs ténèbres, les Centrafricains voyaient poindre, enfin, la reconstruction de leur pays, qui allait être un facteur de stabilité. C’est dire à quel point les fonds sont attendus.

                  Malgré l’insécurité, les occidentaux bailleurs des fonds de Bruxelles nont-ils pas les moyens de surveiller militairement, avec les autorités centrafricaines, lutilisation de ces ressources dans le pays ?

          Par ailleurs, une table ronde des bailleurs de fonds, à Bangui même, est annoncée pour le mois de novembre.

          Sera-t-elle différente de celle de Bruxelles ? Des décisions plus fortes seront-elles prises ? Les besoins de développement sont tellement immenses ! La persistance des problèmes économiques majeurs crée tellement dinjustice sociale et d’instabilité.

 Si les bailleurs de fonds sont méfiants et manquent dardeur cest parce que les dirigeants  centrafricains sont perçus comme des pilleurs des caisses de l’État.  Les  auteurs de ces prévarications bénéficient souvent d’une impunité scandaleuse et choquante.

          Cette réunion, initiée par le Fond Monétaire International, permettra-t-elle enfin, que lon passe du stade des promesses à celui de leur exécution ?

 

L’ENGAGEMENT NÉCESSAIRE DES AUTORITÉS CENTRAFRICAINES

          Le gouvernement doit impérativement sengager pour assurer un suivi et une gestion irréprochable des fonds. Il faut absolument barrer la route aux pilleurs des caisses de lEtat. On pourrait mettre en place une gestion bilatérale, confiée en même temps au gouvernement centrafricain et à des représentants de la communauté internationale.

          Les Centrafricains en ont assez des détournements daides restés impunis. Est-ce quils nattendent pas encore les résultats de laudit sur les fonds daides américains et angolais, qui auraient été tournés sous le gouvernement de la Transition ? On est à peu près certain que des auteurs de pillage des fonds de l’État sévissent toujours à Bangui sans être inquiétés – et que, malheureusement, dautres prédateurs, dépourvus de tout patriotisme, attendent avec avidité les mannes à venir. L’impunité ne doit plus être tolérée.

  

JOSEPH AKOUISSONNE   

(2 septembre 2017)

 

 

Monsieur Joseph Akouissonne. Auteur de l'article.

Monsieur Joseph Akouissonne. Auteur de l’article.

 

 

 

 

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.