Centrafrique : Les Cadres du Ministère de l’Agriculture à l’école de ‘’gestion axée sur le résultat’’

De...Alain Nzilo »
 0 stars
Inscription to vote!

Centrafrique : Les Cadres du Ministère de l’Agriculture à l’école de ‘’gestion axée sur le résultat’’

 

Atelier de formation des cadres du ministère de l'agriculture. Credits photo : fred Krock. CopyrightCNC.

Atelier de formation des cadres du ministère de l’agriculture. Credits photo : fred Krock. CopyrightCNC.

 

 

Bangui, le 9 août 2017.

Par : Fred Krock, CNC.

 

Le Ministre de l’Agriculture et du développement rural, Honoré Féizouré a personnellement ouvert, ce mardi 8 août 2017, dans la salle de formation de l’Agence centrafricaine pour la formation professionnelle et l’emploi (ACFPE), les travaux de l’atelier de formation des Responsables centraux et des structures sous-tutelle de sont Département. Le Ministre a été assisté de son Dircab, Aimé Amoudou et Dr Abel Kpawilina Namkoïsse, Chargé de missions en matière d’agriculture. Cette formation des Cadres vise un renforcement de capacités en matière de ‘’Gestion axée sur les résultats.

Ils sont une trentaine, les Cadres du Ministère de l’Agriculture et du développement rural, notamment les Responsables centraux et les Responsables des Structures sous-tutelle dudit Ministère, à bénéficier de ce programme de renforcement des capacités en matière de gestion axée sur les résultats (GAR).

D’emblée, il s’agit d’une réponse à donner au constat de carence dans la gouvernance du secteur agricole – une gestion caractérisée par une situation peu luisante. Alors que le challenge à relever dans ce secteur est si important, surtout pour un pays comme la République centrafricaine avec un fort potentiel agricole de 15 millions d’hectares de terres cultivables qui devraient faire vivre plus de 80% de la population vivant en milieu rural.

La Gestion axée sur les résultats apparait comme l’ultime outil pour permettre une bonne gouvernance du secteur agricole, selon la SDRASA (Stratégie de développement rural, agricole et de sécurité alimentaire), d’où tout l’intérêt de cette formation des Cadres dudit Département. Cette approche de GAR repose essentiellement sur six facteurs, à savoir : (i) le partenariat à travers une collaboration étroite entre tous les intervenants ; (ii) la responsabilité acceptée par l’ensemble des acteurs quant à la production des résultats ; (iii) la transparence qui vise une meilleure communication sur les résultats ; (iv) la simplicité dans la définition des résultats et des indicateurs, afin de faciliter leur compréhension et leur appropriation par tous les acteurs ; (v) l’apprentissage sur le tas avec une application progressive et continue et ; (vi) enfin, l’application étendue dans tous les secteurs et les services dans la mesure du possible.

C’est fort de tous ces enjeux ci-haut énumérés que l’on comprendrait aisément les objectifs poursuivis par cette formation des Cadres du Ministère de l’Agriculture. Il s’agit de fournir à ces Cadres identifiés, une base méthodologique minimale en planification stratégique, afin de renforcer leurs capacités à mieux appréhender le processus de mise en œuvre d’une stratégie sectorielle, notamment la SDRASA.

De manière spécifique, il est question d’initier les participants à : (i) l’analyse diagnostique participative des problèmes de leur entité grâce aux outils de la GAR (arbre d’analyse causale des problèmes, arbres de résultats ou de solutions) ; (ii) la planification stratégique ; (iii) l’élaboration des outils de planification stratégique (PAP, PIP, CDMT et PTBA) ; (iv) l’élaboration des outils de mesure des performances (Lettre de mission ou contrat de performance, Lettre d’évaluation périodique de la lettre de mission et Rapport de performance) et ; enfin, le mécanisme de suivi-évaluation selon l’approche de gestion axée sur les résultats.

Pour le Ministre Honoré Féizouré, s’adressant aux participants, « l’objectif de cet atelier est de vous amener à maitriser ce concept [gestion axée sur les résultats] et l’appliquer dans la conduite de vos activités. Par conséquent, je vous engage à faire preuve d’assiduité », a affirmé le Membre du gouvernement à l’ouverture des travaux.

Le Ministre ajoute, par ailleurs, que l’atelier en question « doit déboucher sur des dispositions pratiques qui nous permettront, en 2018, d’intégrer la gestion axée sur les résultats dans notre planification stratégique, notre budgétisation et notre suivi-évaluation, tant au niveau central que décentralisé. A cet effet, nous devons, à l’issue de la formation, adopter les outils nécessaires aux différents niveaux de responsabilité ; approuver la Feuille de route avec des échéances précises pour la préparation des outils ».

Ainsi, quatre jours durant, notamment du 8 au 11 août 2017, d’importantes thématiques feront l’objet de communication, suivies d’échanges et débats. Il s’agit entre autres thématiques : les généralités sur la gestion axée sur les résultats ; les composantes et démarche de la gestion axée sur les résultats ; les outils de la gestion axée sur les résultats ; Cadre, outils et processus de programmation stratégique du secteur de l’agriculture et du développement rural ; l’élaboration des outils de programmation opérationnelle du secteur agricole et rural ; les méthodes et outils de suivi-évaluation ; Cadre institutionnel et d’organisation stratégique, de pilotage, de coordination et de suivi-évaluation du secteur et ; élaboration des outils de performance.

Ces thématiques sont développées par d’imminentes personnalités, à l’image de Dr Abel Kpawilina-Namkoïsse, M. Denis Nguemon, M. Abdoulaye Adji, M. Patrick Ngaye-Yankoisset, M. Rodrigue Yakénde, le tout sous a modération de Dr Désirer Yassigao, Président de la Chambre d’agriculture.

Quelques attentes des participants

D’entrée de jeu, M. Hamidou Ibrahim, Directeur général de la Cellule Coton s’est dit très intéressé par la formation, mais souhaite la stricte application de la Déclaration de Maputo qui appelle aux pays membres d’octroyer 10% de leur budget national à l’agriculture. Selon, « pour arriver à un résultat, il faut d’abord investir des moyens ». De son côté, la Directrice régionale n°1 basée à Mbaïki, Mme Amélia Eléonore Ashinguy, « c’est une bonne formation, mais nous aimerions qu’elle touche également le paysans ».

 

Copyright2017CNC.

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.