Centrafrique : plus de 1 500 musulmans de Bangassou réfugiés dans une église sont de plus en plus agités et désespérés, dit le prêtre Catholique.

De...Alain Nzilo »
 0 stars
Inscription to vote!

Centrafrique : Plus de 1 500 musulmans qui se sont réfugiés dans une église il y a plus d’un mois sont de plus en plus agités et désespérés, dit le prêtre Catholique.

 

Image guerre de Bangassou.

 

Bangui, le 27 juin 2017.

Par : Al Jazeera, édition anglophone.

Au moins 1 500 personnes, principalement des civils musulmans, actuellement bloqués dans une église catholique dans le sud-est du pays, sont de plus en plus désespérés, a déclaré un prêtre à Al Jazeera.

Les personnes déplacées se sont réfugiées dans la cathédrale dans la ville de Bangassou après avoir fui la violence mortelle à la mi-mai.

« La situation n’est pas assez sûre pour partir, et donc ils ne peuvent pas passer d’ici », a déclaré le père Alain Blaise Bissialo, le prêtre de l’église .

« Il y a des hommes qui marchent dans la ville avec des fusils ».

La crise de Bangassou a commencé entre le 13 et le 17 mai, lorsque Anti-Balaka, une milice vigilante composée principalement de chrétiens, a lancé une série d’attaques contre les musulmans à Tokoyo, un quartier largement musulman de Bangassou.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans une mosquée voisine pour chercher refuge.

Pourtant, la mosquée a ensuite été attaquée aussi, culminant avec le meurtre de l’imam local.

Dans le but de sauver des civils à la mosquée, l’évêque catholique a envoyé des camions à Tokoyo pour transporter autant de civils que possible à l’église pour leur sécurité.

« Au dernier compte, 150 personnes ont été tuées pendant la violence depuis la mi-mai, mais ce nombre pourrait augmenter », a déclaré vendredi Antoinne Mbao Bogo, président de la branche locale de la Croix-Rouge.

Alidou Djibril, une personne déplacée à l’église, a déclaré qu’il y avait une pénurie de nourriture et de vêtements.

« C’est difficile pour nous, nous devons rester au même endroit, nous ne pouvons pas bouger, et nous jeûnons », a-t-il déclaré.

Djibril a déclaré qu’ils n’avaient reçu de nourriture qu’une semaine après leur arrivée à l’église, ajoutant que les Anti-Balaka n’autorisaient pas les commerçants à leur apporter de la nourriture.

Selon les Nations Unies , la plupart des 35 000 résidents de Bangassou ont fui, certains sur des sites destinés aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et d’autres à travers la République démocratique du Congo .

OPINION: Le conflit le plus négligé du monde se manifeste en RCA

MINUSCA, la mission de l’ONU en République centrafricaine (RCA), a déclaré que la situation de sécurité à Bangassou s’est calmée de manière significative, ajoutant toutefois qu’il n’était toujours pas sécurisé pour les personnes déplacées de rentrer chez elles.

« Malgré les patrouilles de la MINUSCA, la zone n’est pas assez sûre et ses maisons et entreprises ont été détruites, et beaucoup d’autres n’ont nulle part où aller » , a déclaré Vladimir Montiero, porte – parole de la MINUSCA à Al Jazeera de Bangui.

« Il n’est pas sûr qu’ils quittent l’église ».

Bob Libenge, président par intérim de la branche locale de la Croix-Rouge, a déclaré à Al Jazeera que certaines personnes dormaient dans l’église et que les autres étaient à l’extérieur, sur des tapis, dans le complexe.

Alimentation et assainissement

Pendant ce temps, un certain nombre d’ organisations non gouvernementales se sont présentées pour aider à la nourriture et à l’assainissement.

Il y a eu une escalade de la violence dans les parties centrales et du sud-est de la RCA au cours des deux derniers mois, les groupes armés ayant frappé en particulier Bria, Alindou et Bakouma.

Plus tôt dans la semaine, MINUSCA a mis en garde le Front populaire pour la Renaissance d’Afrique centrale (FPRC), un groupe associé à la Seleka, pour ne pas attaquer Bangassou .

Les sources de l’ONU disent que la MINUSCA craint qu’il y ait des attaques de vengeance contre la population civile chrétienne si le groupe est entré dans la ville.

La RCA a subi des violences depuis que les combattants Seleka musulmans ont détruit le président du pays lors d’un coup d’état en 2013.

À la suite d’une série d’abus commis par la Seleka, une milice vigilante appelée Anti-balaka, constituée de chrétiens et d’animistes, a entrepris une série d’attaques de vengeance contre la communauté musulmane.

Bien que la RCA n’ait pas d’antécédents de conflit sectaire, les groupes armés ont de plus en plus manipulé des lignes de faute religieuses pour élargir leur influence.

En 2016, la RCA a eu des élections générales réussies. Mais un an plus tard, le gouvernement du président Faustin-Archange Touadera exerce peu d’influence à l’extérieur de sa capitale.

Au moins 14 groupes, y compris différentes incarnations de la Seleka, dominent la campagne, surveillent les routes, collectent les taxes et surveillent la population.

L’ONU affirme que le pays est confronté à une grave crise humanitaire . Plus de 50% de la population de la RCA nécessite une aide humanitaire.

Au moins un des cinq centrafricains actuellement déplacés, la proportion la plus élevée depuis la crise de la crise en 2014.

Share this post
Tags

A propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.